mardi 30 mars 2010

Au fond...

les garçons beaux, c'est comme les beaux vêtements:

- c'est rare;
- il faut le repérer la première;
- les plus belles pièces sont toujours prises;
- on les voit dans les magazines;
- c'est énervant de les voir avec une autre fille;
- ils ont toujours l'air mieux quand on ne les a pas;
- on se dit: "Demain, j'arrête";
- ils sont mieux en photo qu'en vrai;
- ils ne sont pas toujours à notre taille;
- y a toujours une fille qui s'y accroche;
- il faut les sortir;
- ils ne sont jamais soldés;
- on ne peut sortir avec eux que si l'on est maquillées;
- on les trouve dans les endroits branchés;
- ... rarement aux puces;
- on ne veut pas les prêter aux copines;
- contrairement à l'adage: "on n'a pas le même à la maison";
- la tête des autres filles quand on se balade avec eux dans la rue!;
- c'est une manière d'être promue;
- il faut se battre pour ce en quoi on croit;
- c'est un bon investissement;
- on a parfois peur qu'on nous le pique;
- on ne peut pas s'en passer;
- c'est un BONHEUR!

dimanche 28 mars 2010

Biographie

Qui s'est déjà essayé à l'art difficile de la (auto)biographie?

1) On veut se la pêter:
On aimerait dire: Je suis super sympa, canon, intelligente, cultivée, drôle, (modeste) et sincère.
... on hésite. On en fait trop?

2) On aimerait avoir plein de trucs à dire:
- Elle a participé à la fashion week;
- Elle a (au moins) un prix Nobel;
- Son copain est le sosie de Hugh Jackman (en plus jeune);
- Elle a l'intégralité de la collection Chanel;
- ... et de Vuitton;
- ... et de Gucci;
- ... et de Zara (euh... ça, c'est presque vrai);
- Au passage, elle a 8 doctorats;
- Elle a écrit déjà un Best seller.

3)On devient schizo:
La preuve, entre le point 1 et le point 2, je suis passée du je à elle... hum.

4) On veut une citation d'un écrivain célèbre, genre:
- Cette fille est merveilleuse.
(Florian Zeller... si tu me lis...)
(Yuksek, aussi... il n'est pas écrivain, mais on lui pardonne)

5) On veut donner envie aux gens de lire notre livre:
(si on a l'air top, le livre l'est forcément).

6) On réalise qu'on n'est pas en train de s'inscrire dans une agence matrimoniale:
... Donc pas besoin de dire (mentir) qu'on cuisine les raviolis en boîte comme une reine (Ou Maïté... à choix).

7) On veut que ça nous ressemble:
Oui, mais en mieux.

8) On veut du VIP:
On cherche (désespérément) nos origines de sang bleu pour faire un peu plus chic.

9) On est tenté de mentir
Parce que bon... il faut bien vous faire rêver.

10) On appelle sa maman
Et on lui demande de l'écrire à notre place.

samedi 27 mars 2010

Les filles ne font jamais le premier pas, mais elles essaient quand même.

Deux filles dans un café:

- J'étais à une soirée samedi.
- Et
- Avec Judith, on a repéré un groupe de mecs mignons.
- ok...
- Alors on s'est approchées discretos. Tu comprends, on voulait pas paraître pour des folles qui les collaient. alors on s'est mis à un mètre d'eux.
- Discret.
- Y en avait un qui semblait me regarder, mais Judith pensait qu'il cherchait plutôt les toilettes.
- Ok...
- Comme ils ne nous encadraient pas, Judith a écrasé le pied de l'un d'eux pour tenter de le faire réagir.
- Et?
- Ben... il avait l'air d'avoir sacrément mal. Il faut dire qu'elle avait des talons aiguilles de 10 cm.
- Et?
- Il est allé chercher de la glace.
- Ah... Et?
- Judith a tenté de parler avec un, mais il disait qu'il ne parlait pas français. Etonnant, car il a répondu ça en français.
- Oui, un peu.
- Comme ils ne ne parlaient pas, on s'est éloigné, genre "on vous ignore", pour faire détachées.
- Et?
- Je ne crois pas qu'ils ont remarqué qu'on était parties...
- Ah. Pas très bon signe, non?!
- Ou: On s'est dit qu'ils faisaient exprès de nous ignorer! Ou: ils étaient timides!
- ...Puis?
- Ben... on est parties.
- Et?
- Ils étaient homosexuels, logique!

jeudi 25 mars 2010

"on s'appelle"

Bonsoir à tous,

Désolée, je n'ai pas écrit depuis plusieurs jours! Voici les raisons:
- J'ai une vie.
- Je travaille.
- Je vais à des apéros.
- Après, il faut que je me démaquille.
- Hier, y avait "Moundir, l'aventurier de l'amour" à la télévision.
- ... pour ceux qui pleurent parce qu'ils ont raté le dernier épisode, je vous informe que c'est synda qui a été choisie.
- Là, je m'écarte du sujet initial.

Mais d'un côté, moi au moins, je vous rappelle.
En effet, qui n'a jamais dit ou entendu la phrase: "On s'appelle!"
Mais que veut-elle dire, cette phrase, après tout?
Là, on a envie de rétorquer: Mais c'est toi ou c'est moi qui appelle en premier?
Mais on ne dit rien, on préfère rester la bouche en cœur, (l'air idiot donc) en se disant que c'est lui qui va rappeler.
Et il ne rappelle pas. Alors on se dit qu'on aurait peut-être dû appeler en premier.

Hé bien là, je dis non!
Oui, la phrase "on s'appelle", c'est comme dire: "c'est ça, cause toujours, à jamais".

Désolée mais pensez-y la prochaine fois que quelqu'un vous dit cette phrase: cela voudra dire que vous venez de vous prendre un sacré râteau!

lundi 22 mars 2010

Glace

N'avez-vous jamais remarqué quelque chose d'au combien étrange:

Un garçon et une fille au cinéma, à l'entracte, plus exactement.

Nous, les filles, quand nous nous retrouvons devant le stand de glace, ce n'est pas compliqué: soit rien (on est au régime) soit un cornet chocolat.

Vous, les garçons, c'est tout de suite plus... étonnant: il semblerait qu'ils prennent un malin plaisir à prendre un parfum étrange: FRAISE!

ô les rebelles.

Alors moi, je me demande pourquoi, pourquoi ils prennent tous ce parfum étrange (et dégoûtant) et pourquoi ils ne prennent pas un parfum normal (donc chocolat), j'ai plusieurs options (suite notamment à mes conversations avec la gente masculine):
- suite à leur hamburger-frites, ils veulent manger sain;
- ils n'osent pas porter de rose, donc veulent en manger;
- ils ont de mauvais goûts culinaires;
- ils veulent exploiter leur côté féminin;
- ils veulent faire deux en un (comme le shampoing): désaltérant et nourrissant;
- ils sont myopes et n'ont pas réalisé qu'ils avaient pris le parfum fraise;
- ils font comme leur papa avant eux;
- c'est un secret que les garçons sont seuls à connaître;
- parce qu'ils trouvent que la glace à la fraise, c'est bon (est-ce possible?).

PS: ça marche aussi avec l'ancienne glace oeuf-cognac!
PS2: (oui, comme la console vidéo, décidément, c'est un épisode spécial garçon!) cela marche aussi avec les pizzas. Nous, on prend la Marguerita (logique), eux, c'est plus: la quatre saisons avec supplément anchois, la strasbourgeoise, l'américaine (avec des frites dessus et du ketchup à la place des tomates concassées).

Vous avez la parole, il est temps que nous élucidions ce mystère masculin!

dimanche 21 mars 2010

Mars

"Mars, et ça repart".

Qui n'a pas remarqué que le début du mois de mars 2010 a été quelque peu... hum... pourri? Entre le vent à décorner les bœufs (ou à nous soulever du pont du Mont-Blanc), la neige et le froid... quel cadeau!

Puis soudain, il a fait plus beau. On s'est dit "youpi" (pas youpi, ce n'est pas un terme assez fashion).
Je reprends.
On s'est dit: yeah (?!), il fait beau! On a ouvert notre armoire, on a viré tous nos pulls d'hiver et ressorti:
- pour les filles: nos robes d'été (fleuries/panthères/marinières, à choix), nos slims super troués, nos shorts (blancs), nos jaquettes en coton, nos 600 tops, nos ballerines, sandalettes et nos paréos (euh... un soupçon trop optimistes tout de même). (et notre crème bronzante aussi)
- pour les garçons: vos T-shirts, vos shorts (ah non, vous n'avez pas le droit!), vos converse (hé pour nous aussi), vos casquettes, vos jeans (ah non, c'est les mêmes)... mais au fait, vous changez quoi?

Le lendemain, on s'est réveillé. On a ouvert les stores et découvert, l'air fébrile qu'il avait gelé durant la nuit.

Donc là on a pensé: en mars, le sale temps repart.

Ainsi, ronchonnant(e), on a enfilé un tailleur genre Chanel (pour les filles) (mais oui, vous avez, celui avec lequel on vous laisse toujours la place dans le bus parce que cela vous rajoute 50 ans en trois secondes), on a mangé un mars (mais sans le beau mec de ladite pub) avec un café et on est parti travailler.

samedi 20 mars 2010

5ème

La 5ème page du roman est en ligne!

Pour ceux qui découvrent le blog (déjà, bienvenue!)>, le lien se trouve sous le titre, à droite de l'accueil...

Je dois vous laisser, le devoir (ravalement de façade pour cause de sortie nocturne) m'attend!

A demain pour de nouvelles anecdotes crunchy!

vendredi 19 mars 2010

Un oubli?

Soirée chic à laquelle je me prépare depuis... hum... un siècle?! J'ai trouvé la robe idéale, les chaussures sublimes, le sac parfait dont la lanière fait un rappel avec les chaussures (oui, je sais, c'est has been... mais bon...), j'ai (presque)un cavalier qui m'attendra sur place (note pour plus tard, il est goujat de ne pas venir me chercher), mon maquillage fait pub pour la marque MAC (en mieux) et mes bijoux feraient pâlir d'envie les joyaux de la reine d'Angleterre (mon exagération est peut-être un tantinet marseillaise...)

Ne reste plus que ma coiffure. Il est 20h30... je devrais être à la soirée depuis... trente minutes. Mais je suis encore chez moi, avec comme seule coiffure mes cheveux ébouriffés suite au shampoignage head & schoulders (hé non, je n'ai pas de pellicules, on va plutôt dire l'Oréal, parce que je le vaux bien!). Bref, ma coupe relève plus du vieux paillasson dégoulinant (miam) que de la crinière de feu (héhé).

C'est là que je me souviens du vieil (et meilleur) ami de la femme: les bigoudis chauffants! Quoi, vous ne connaissez pas? Ce sont des bigoudis qui chauffent (waw l'explication), vous les portez 10 minutes et hop, vous avez la crinière de Julia Roberts dans "Pretty woman" (reste plus qu'à chasser le Richard... sans jeu de mot).

On m'appelle sur mon téléphone portable pour me demander ce que je fabrique. Je dis: "J'arrive j'arrive" (Alors que pas du tout, il faut que je trouve le rouge à lèvres adéquat parmi mes 589 tubes).

Je saute dans ma voiture, je me remets du mascara en conduisant (pas bien) et j'arrive en trombe à la soirée (pas très hollywoodien tout ça!).

Soudain, lorsque j'arrive, je me dis que mon look doit être sacrément réussi, car tous les regards se braquent sur moi. Je papote avec plein de gens, radieuse. Quand une heure plus tard, alors que j'ai fait la connaissance de la totalité de la salle) une amie vient vers moi et me chuchote:
- Euh... je ne sais pas si tu as remarqué, mais tu as un bigoudi qui est accroché à tes cheveux.

Je deviens (comme il se doit) écarlate et j'ai l'envie folle de prendre mes jambes à mon cou. Je tente le bluff:
- Ah... oui... c'est la nouvelle mode chez Jean-Paul Gauthier... tu ne le savais pas?

jeudi 18 mars 2010

Commentaires

Merci beaucoup pour vos commentaires, cela me fait vraiment plaisir! N'hésitez pas à envoyer le lien du blog à vos amis, à vous inscrire comme membre du blog ou sur la page facebook!

... voilà, pour le rappel promotionnel... c'est fait!

La raison de certains de ces abandons nocturnes: c'est que je vis aussi, parallèlement! Hé oui, il faut bien que je trouve mes sources d'inspiration quelque part pour tenter de vous réjouir! Donc je DOIS sortir, faire du shopping, clubber, danser, draguer... etc.

Vous m'épuisez! Mais vous me servez également de bon alibi!

Mais je vous rassure, j'ai beaucoup de matière! Donc, le fleuve n'est pas près de s'arrêter... un peu comme Inès, l'héroïne de mon bouquin!

Un épisode qui aurait pu lui arriver:

Hier, alors que je regardais "Moundir, l'aventurier de l'amour" (je sais, je suis une fille cultivée...) en mangeant mes corn flakes (je suis aussi un fin gourmet... on dit une fine gourmette?!), mon téléphone portable sonne:

- Allô? je réponds.
- Je t'aime! s'exclame une voix masculine.
- Pardon?
- Cela fait des nuits que je t'aime d'amour, cela fait du temps qu'on se dit bonjour...
(cela vous dit quelque chose?!)
- Mais qui est-ce? insisté-je.
- Je t'aime tellement, tu me rends fou.

Silence.
Soudain, je reconnais la voix:
- Edouard?
- Oui, tu m'as démasqué, Ingrid!!!
...
- Moi, c'est Inès. Tu sais, la fille que tu n'as jamais rappelé.

Soudain, un silence glacial, suivi d'une voix faiblarde:
- Euh, pardon... c'est un faux numéro.

mardi 16 mars 2010

A méditer...

- les brunes ne comptent pas pour des prunes;
- les blondes ne sont pas toutes des poires;
- ce n'est pas parce qu'on est au régime que l'on ne peut pas regarder le menu (au propre comme au figuré);
- y en a point comme nous (les concernés se reconnaîtront);
- J'ai 8 secondes pour vous dire que les barres ovomaltine, c'est de la dynamite;
- le 36 est-il le nouveau 38?
- petit mais costaud;
- Split est-il le nouveau St-Tropez?;
- Sous le kilt, il y a...;
- le mec de Samantha est beau même chauve;
- oui, je suis suissesse mais je ne me nourris pas uniquement de fondue et de chocolat;
- mon père n'est pas banquier...
- ni fromager...
- ni horloger...
- quoique...
- pourquoi est-ce que quand je skie, je ressemble à l'un des membres des bronzés font du ski?
- bien de loin mais loin d'être bien;
- Lausanne n'est pas un village de pêcheurs... il n'y pas pas que des thons;
- ... il y a des cageots aussi!
- si j'essaie toutes les combinaisons possible et imaginable, c'est clair, je gagne au loto... bon... il ne reste qu'à faire toutes les combinaisons;
- les mèches sur les hommes, ça devrait être interdit;
- il était mieux bronzé;
- si je mange des pâtes jusqu'à ma retraite, il n'est pas si cher que ça;
- Boursin, demain, j'arrête.

dimanche 14 mars 2010

Dans un café...

Deux amies dans une café.

- Alors cette soirée?
- C'était sympa.
- Mais encore?
- J'ai rencontré un mec mignon, sympa, intelligent, charmant, amusant, cultivé...
- C'est génial! Raconte!
- Il est venu vers moi. Il m'a dit qu'il m'avait remarqué depuis un bon moment. Qu'il me trouvait ravissante. On s'est rapidement trouvé plein de points communs! On a commencé à parler de nos carrières, de nos buts, de nos rêves, de nos passions...
- C'est bien, ça!
- Oui...
- Tu n'as pas l'air convaincue.
- Je t'explique... Donc on parlait passionnément. Je commençais vraiment à le trouver génial, je t'imagine même pas les films que je me faisais dans la tête. Il me disait qu'il n'avait jamais ressenti ça, qu'il se réjouissait de me revoir. Il faisait des projets. Moi je rigolais comme une gourde tant cela allait vite!
- Et?
- C'est là qu'une blonde aux gros seins s'est pointée...
- Merde! Et?
- Hé bien: Trente secondes plus tard, elle l'a pris par la main et l'a entraîné sur la piste de danse. Deux minutes plus tard, ils se roulaient des pelles. Une heure plus tard, ils sont partis collés-serrés de la boîte...
- ... Et toi?
- Je me suis acheté un sandwich.
- Et?
- Il était succulent.
- Tu crois qu'il y a une morale dans cette histoire?
- Je ne sais pas. Je suis encore en train d'essayer de la digérer.

samedi 13 mars 2010

références

Pour les histoires de ce soir, les premières pages de mon roman vous feront (j'espère) patienter!

N'hésitez pas à me donner votre avis!

Je suis ravie de vous annoncer officiellement que mon roman va être publié!... les détails suivront prochainement.

Maintenant, excusez-moi, je dois partir clubber!

vendredi 12 mars 2010

règle de 3

Connaissez-vous la règle des trois jours?

- Il ne s'agit pas de la règle de trois permettant de découvrir la valeur de l'inconnu x;
- Il ne s'agit pas d'une nouvelle sorte de relation (très) courte;

... Il s'agit de la règle qui fait qu'un homme attend trois jours avant de vous téléphoner.

Casus:
Samedi soir, j'ai mis une jolie robe noire (logique), suis pomponnée, au top quoi! Un jeune homme fort charmant me demande mon numéro, j'accepte. Il me dit: "Je t'appelle", je réponds "hi hi" (oui, on est toujours un peu cruche quand on drague).

Le lendemain... no news. Pas même, un simple: "tu es la fille la plus merveilleuse de la terre... non de l'univers" (... au moins!)
le surlendemain... non plus.

Alors que je me plains, une copine (Janine ou Uggy les bons tuyaux) me déclare: C'est la règle des trois jours! Le premier, il ne peut pas t'appeler, ça fait trop mec accro. le 2ème jour, il ne peut pas t'appeler, ça fait trop "je l'ai pas appelé le lendemain car ça fait accro, donc je l'appelle le jour d'après" Non, il va t'écrire le 3ème jour!

Mouais.

Le lendemain, le troisième jour donc (pour ceux qui sont vraiment très très nuls en maths), je reçois un texto de lui. Je suis aux anges.

Je l'ouvre.

?

Je lis son sms: "Tu connais l'adresse d'un bon charcutier?"

Quelle est la règle pour m'expliquer un tel message?

mercredi 10 mars 2010

C'est toujours comme ça...

Connaissez-vous la loi de Murphy?

... Non, Eddy Murphy n'a pas créé un nouveau théorème!

La loi de Murphy, c'est plus simple: c'est la loi de l'emmerdement total.

Je m'explique. Si votre tartine se reverse sur son côté beurré (99% des cas), vous êtes en plein dedans.

cette loi peut également fonctionner le dimanche matin. Explication (décidément, je vais me transformer en physicien si cela continue... euh... tant que je n'ai pas la même coupe de cheveux qu'Einstein...)

Dimanche matin, week-end de ski entre amis. Vous vous levez à l'aube (11h30). Dans un état semi-comateux, vous vous dirigez tel un zombie vers la salle de bain... quand on vous intercepte:
- Qui va acheter les croissants?

Vous feignez la surdité passagère ou soudain, vous ne parlez pas français (moi pas comprendre). Comme tout le monde fait de même et que vous êtes une âme merveilleuse (et une bonne pâte, soit dit en passant), vous annoncez que vous vous rendrez à la boulangerie (là, vous réalisez que vos amis sont des ingrats, car personne ne vous applaudit).

Vous n'avez pas de temps de prendre une douche (elle est squattée par un ami métrosexuel), ainsi vous enfourchez vos lunettes, enfilez un manteau (griffé, svp) sur votre pyjama et hop, vous foncez dans votre voiture, des marques de draps encore collées sur la figure.

Vous entrez dans la boulangerie de quartier, et là... boum.
Boum?
Oui, boum. Le canon avec lequel vous avez échangé vos numéros de téléphone hier se trouve dans la boulangerie. Evidemment, il s'est douché, ses cheveux sont impeccables, son teint est frais, sa chemise est repassée. Pour en rajouter une couche, il est là avec sa maman.

Il vous regarde, l'air ahuri:
- ... Inès... c'est toi?
Et là, vous répondez:
- Moi pas comprendre.

lundi 8 mars 2010

une journée comme une autre...

Citations choisies:
- Tiens, le réveil n'a pas sonné?
- Oulà, je vais être en retard!
- Qu'est-ce que je mets?
- J'ai rien à me mettre!
- Une tache de café sur ma chemise... je peux la planquer sous ma pachemina?
- Pas de message sur mon portable privé.
- Ou: plein de messages d'un mec moche.
- Plein de messages sur ma boîte mails professionnelle.
- Il est où, mon stylo?
- Elles sont où, mes lunettes.
- Oui, je sais, ce dossier est urgent.
- Appel d'une amie qui pleurniche: "J'ai pas de mec".
- Sms de Jean-Louis (David?) qui nous demande si on est toujours en vie.
- J'ai raté le métro.
- Tiens, c'était le dernier.
- J'ai oublié mon parapluie... et il pleut.
- Ou: j'ai pris mon parapluie... et il fait grand soleil.
- ça va abîmer mes chaussures en daim.
- Ok, mais juste un verre!
- Je vais avoir 5... non... 10 minutes de retard.
- ... Ah non, finalement 20 minutes.
- Commencez sans moi!
- J'ai perdu mes clés.
- J'aurai peut-être dû mettre les pneus neige...
- Mais... c'est qu'il est pas mal du tout!
- Allez, ce soir, je me couche tôt!

vendredi 5 mars 2010

Week-end

C'est le week-end... Enfin! Je vais pouvoir aller skier à la montagne (essayez en ville... c'est moins fun!)

Bon, il faudrait peut-être que je commence à faire ma valise. Oui, des amis passent me prendre dans... 20 minutes... j'ai tout le temps (hum...)

Ils sont où mes skis?
Ils sont où mes bâtons?
Ah non, cette combinaison de ski, c'est juste pas possible! Imaginez que quelqu'un me voit affublée de la sorte, je serais obligée de changer le nom de mon blog... Franchement, ça va pas le faire. Le pantalon rose fluo qui arrive sous les seins, c'est pas top branché (le retour des années 80, c'est pour les épaulettes les amis, mais tout n'est pas bon à prendre... on en reparle dans 3 ans, quand on aura à nouveau toutes des chouchoux (x ou s?, la règle irrégulière de chou est-elle valable pour chouchou?) dans les cheveux.

Comme je vais sortir en boîte le soir, il faut que j'assure. Donc je prends mes nouvelles chaussures canons... Même s'il y a 10 centimètres de neige? Off course (bon... je prends mes Uggs... en passant, elles sont si faciles à transporter en plus).

Le manteau à fourrure, j'évite. J'ai repéré que ma voisine me jetait un regard noir la dernière fois... je ne tiens pas à me retrouver avec l'entier de la PETA sur le dos à mon entrée en disco.

Un jean slim (basique), un jean boyfriend (nouveau basique), un jean destroy (vieux classique devenu ringard, mais je le prends quand même... on ne sait jamais).

Un lisseur, un friseur, un gonfleur, un boucleur, un frimeur (euh, le dernier n'est pas un appareil à brushing, mais le conducteur de l'Aston martin (ça tient sur la neige, cet engin?!) qui klaxonne déjà depuis en bas. (Oui, il faut bien parler de choses qui plaisent aux garçons aussi). ... Ainsi, son ami qui se trouve dans la Cayenne à côté (soyons fous) commence à danser du hip hop (euh non, les garçons qui lisent mon blog ne sont pas des yos et puis... euh, les garçons, si vous pouviez éviter... Mon voisinage a environ 80 ans de moyenne d'âge...)

20 tubes de rouge à lèvres... essentiel.

4-5 petits T-shirts sympas, 2-3 pulls chauds (il fait souvent assez froid dans les spas). Des sous-vêtements, des chaussettes, des collants, des livres (faut être sérieux), du travail à faire que je ne ferai pas, mon chien (un Saint-Bernard entre-t-il dans une Aston?), tiens, une petite robe parce-que-tant-qu'-à-faire, une autre, une jupe...

J'arrive!... (je mens).

Ma malle, mon sac, ma valise sont remplies. Ouhou les garçons, venez m'aider à porter ma (un second petit mensonge pour la route) valise! (tiens, ils sont sourds soudain... comme c'est étrange). Allez les garçons, vous qui êtes ô si musclés et virils (mensonge n°3). J'enfile mes sunglass (il fait nuit--- ce n'est pas grave!) et je descends.

- Tu as pris les clés du chalet? me demande l'un de mes amis, une fois que nous sommes tous installés en voiture.

Le doute me submerge. Euh... peut-être... qu'elles se trouvent dans l'un de mes sacs... allez savoir où...

On déballe tout?

jeudi 4 mars 2010

Questions pièges

Dîner mondain, tout le monde rit, parle, s'amuse de blagues fines, observe les gens, tente de frimer, de prouver sa culture, sa répartie, son bon goût, son raffinement.

Quand soudain, l'un des participant du repas m'interroge:

- Et vous, qu'aimez-vous?

Je réponds d'un air impliqué:

- Le jambon madère.

Mon voisin de table me regarde d'un air surpris et, désorienté, pose sa question aux autres invités. Qui répondent d'un air entendu:

- Kupka. Un génie!
- Picasso, dans sa période bleue, bien entendu!
- Ghudisajklfk, répond un troisième.

Là, je me dis que j'aurais peut-être dû mieux écouter la conversation: Comment avais-je fait pour ne pas remarquer que le thème était passé de la gastronomie à l'art de la peinture?

mercredi 3 mars 2010

Demain...

Suite demain...

Hé oui, il faut bien instaurer un peu de manque pour que vous deveniez addicted! ;-)

mardi 2 mars 2010

3 ème page

Bonsoir à tous,

La troisième page de mon roman (je ne vais pas écrire le titre, car à force de l'écrire partout, je commence à avoir un crampe) est sur le blog! Vous pouvez désormais faire des commentaires sur le roman.

J'ai pensé aujourd'hui : "Tiens (je trouve que ce mot pose sa femme... un peu comme un foulard Hermès), je pourrais parler de mon roman dans mon futur commentaire.

OK? ... Je prends ce silence pour un oui.

Vous êtes vous déjà dit: "Là, j'aurais mieux fait de me taire"
ou "J'aurais vraiment pas dû m'acheter ce sac à main"
ou "J'aurais vraiment pas dû accepter ce rendez-vous"
ou "Je l'ai garé où, ma voiture?"
ou "Je deviens pivoine, là, je le sens!"
ou "Si je ne me maquille pas, est-ce que je peux dormir 3o minutes de
plus?"
ou "Si je lui dis bonjour, est-ce qu'il va croire que je le drague?"
ou "Décidément, les hommes en short..."
ou "J'ai le même à la maison... bon, je le prends alors."
ou "Je le prends. un top noir, c'est toujours pratique"
ou "Je le mettrai comme habit d'intérieur..."
ou "On imprime comment un format A2 recto verso?"
ou "Elles sont où... mes lunettes?"
ou "Est-ce que ce bon blond est célibataire?"
ou "Si je l'avale tout rond, y a-t-il moins de calories?
ou "Si je fais une tache de chocolat sur ce chemisier, est-ce qu'ils me feront
un rabais?"

Si vous répondez "oui" à la majorité des questions, vous êtes comme Inès!

lundi 1 mars 2010

Magasin non chébran

Entrer dans un magasin de style carrément "craignos" (si si, je sens que vous tentez de le cacher, mais je suis sûre que vous avez tous dans votre armoire quelques fringues de marques improbables (cheap ou ringardes) dont vous tentez de cacher la provenance).

Vous avez repéré un habit "sympa" dans un magasin totalement "out" (nb: par exemple un "tout à dix francs" (ou 15 CHF... c'est l'inflation!)), voici mes 10 conseils:

(Ces 10 commandements valent aussi pour les "métrosexuels" (non, les métrosexuels ne sont pas des obsédés qui traînent dans le métro!))

Conseil 1: Trouvez la porte de service
Il vous sera plus aisé d'y pénétrer incognito (s'il y a des rats à l'entrée, c'est bon signe, vous ne risquez pas d'y croiser Ginette, "Miss ragot" qui risquerait de répandre l'information)

Conseil 2: Prenez un alibi
Allez-y avec une amie (ou un ami, si c'est un magasin unisex, sinon ça serait louche). Ainsi, si vous croisez quelqu'un, vous pourrez toujours le pointer du doigt d'un air entendu (c'est lui le coupable!).

Conseil 3: Evitez les heures de pointe
Comme le dit si bien Bison Futé (logique, il est futé!), on évite le samedi matin où les routes (euh, les rues de shopping) sont de type affluence rouge fluo! On préfère les journées de pluie, si possible le mardi à 15h45 (euh... mais je travaille, moi, à ce moment... mauvaise réponse: la shoppeuse n'est pas une poule mouillée, il faut savoir prendre des risques!)

Conseil 4: Déguisez-vous
Vous vous souvenez ce pantalon jaune acheté en soldes et jamais porté) (comme c'est étonnant!) C'est le moment ou jamais! Enfilez-le avec un bon suit à capuchon et... foncez!

Conseil 5: Assumez!
ça va pas, non?!

Conseil 6: Appelez votre maman
Et suppliez-la d'y aller à votre place... ça peut marcher!

Conseil 7: Allez l'acheter à l'étranger
Bon, faut pas exagérer! Avec le prix du billet d'avion, je préfère m'acheter un Chanel (bon, avec un billet de prix easyjet, je peux peut-être m'acheter une demie chaîne d'un sac matelassé...)

Conseil 8: Renoncez!
(cf. conseil 5)

Conseil 9: Allez-y en faisant croire que vous venez acheter un habit pour votre mamie
Risqué, surtout si vous bafouillez, si vous devenez rouge-pivoine et si vous prenez une taille 36. Si vous voulez acquérir des charentaises, dites que c'est pour votre papy!

Conseil 10: En y réfléchissant, ce pull n'est-il pas affreux?